POÉSIE CHINOISE (par MAURICE COYAUD (CV actualisé en avril 2012))

 

(extrait du site de Sylvaine ARABO

http://membres.multimania.fr/mirra/index.html) (j'ai supprimé la publicité du site particulièrement suffocante et intempestive )

 

LI BAI

( LI PO ou LI BO, 701- 762 )

 

PENSEES PAR UNE NUIT CALME

______________________________________

Devant mon lit brille la lune

Serait-ce sur le sol du givre ?

Je lève la tête, contemple la lune

Je baisse la tête, pense à mon village natal

..

                                    PENSEES PRINTANIERES

                                   ____________________________

                            Plantes du pays de Yan, telles des soiries de jade

                            Mûriers du pays de Qin aux verts rameaux penchés

                            Seigneur, pensez-vous au jour du retour ?

                            Cette femme, tout ce temps, a le crève-coeur

                            Le vent printanier n'en sait rien

Pourquoi alors entrer dans ses rideaux de gaze ?

                                                    *

                                   Nuitée  Sur un pic, un temple

                                   Je lève la main, frôle les étoiles

                                   Je n'ose parler à haute voix

                                   Peur d'effrayer les êtres célestes

.

CHANSON DE MINUIT ( 1 )

_______________________________

Dans le pays de Qin,une dame Lofu

Cueille des feuilles de mûrier au bord d'un ruisseau vert clair

Bras blancs sur les rameaux vert sombre

Un soleil blanc rend plus fraîche sa robe rouge

Les vers à soie ont faim, je veux partir

Votre carrosse à cinq chevaux, pas la peine de le laisser là

 

CHANSON DE MINUIT ( 2 )

                                   _________________________________

                                   Au lac du Miroir, sur trois cents li

                                   S'épanouissent nymphéas et lotus

                                   En mai, la belle Xishi les cueille

                                   Les gens en foule contemplent le danger

                                   La barque rentre, sans attendre la lune

                                   Elle retourne à la maison du roi de Yue ( 1 )

.

                   ( 1 ) Xishi  fut une favorite très célèbre du roi de Yue, qui en fit don au roi

                           de Wu, cadeau fatal au destinataire, qui subit une défaite en 473 avant

                           notre ère, vaincu par Yue . ( Note de Maurice Coyaud ).

.

 

CHANSON DE MINUIT ( 3 )

_______________________________

Sur Chang an brille un bout de lune

Dans dix mille foyers on bat le linge ( 1 ) : bruit

Un vent d'automne souffle sans cesse

On ne cesse de penser à Yumen ( 2 )

Quand donc pacifiera-t-on les vilains Hu ?

Les braves maris reviendront-ils des expéditions lointaines ?

/.

1 -  On bat le linge : Xishi lavait son linge quand les émissaires du roi de Yue la virent

et l'embarquèrent pour le harem royal

2 -  Yumen : la Porte de Jade, au Gansu, commandait un défilé par où passaient les

barbares du nord ( les Hu ) . ( notes de Maurice Coyaud )

.

                                 ADIEU A UN AMI JUSQU'A JINGMEN

                                  ____________________________________

                                    On a traversé loin au-delà de Jingmen

                                    On est venu depuis le pays de Chu

                                    Les montagnes font place à la plaine

                                    Le fleuve coule dans de vastes espaces

                                   Sous la lune vole le miroir du ciel

                                   Les nuages font naître d'immenses châteaux

                                   Mon coeur s'émeut à la vue des cours d'eau du pays natal

                                   Ils nous accompagneront sur dix mille li

.

ACCOMPAGNANT UN AMI

________________________________

Vertes montagnes, barrant la cité au nord

Clair cours d'eau contournant les murailles à l'est

C'est là que nous nous séparons

Herbes ( 1 ) solitaires partant en expédition à dix mille li

Nuages à la dérive, désirs de l'errant

Geste de la main, amitiés au vieux copain

Hennissements du cheval pommelé qui piaffe

..

1 - péng : " vergerette, Erigeron acris  " ( en Anglais " fleabane " ).

                 (Note de Maurice Coyaud ).

.

                     ANCRÉS DE NUIT À NIUZHU, ON PENSE À L'ANCIEN TEMPS

                    ____________________________________________________________

                           A l'Îlot du Boeuf, sur la rivière de l'Ouest, de nuit

                           Ciel bleu nuit, pas un nuage

                           On monte à bord, pour contempler la lune automnale

                           L'esprit absent, on songe au général Xié ( 1 )

                           Moi aussi je sais déclamer mes poèmes

                           Personne de tel que lui pour m'entendre

                           Demain à l'aurore je mettrai la voile et partirai

                           Les feuilles d'érable tombent en foule

.

                    1 - Le général Xié Shang des Jin était à l'Îlot du Boeuf quand il entendit un poète

                          chanter, il l'invita sur sa barque .( Note de Maurice Coyaud ).

..

ECOUTANT LE BONZE DE SHU GRATTER DE LA HARPE

_______________________________________________________________

Le bonze de Shu étreignant sa harpe bariolée de vert

A l'ouest, a descendu les cimes du mont Emei

Pour moi, il effleure son instrument

On croirait entendre bruire les myriades de pins dans les gorges

Les eaux courantes purifient le coeur de l'invité

Les sons de la harpe résonnent avec les clochettes saisies de givre

On ne s'aperçoit pas même pas du crépuscule de jade qui tombe sur les montagnes

Ni de la pénombre qui envahit les nuages de l'automne ( 1 )

.

1 - Et jam summa procul villarum culmina fumant

   Majoresque cadunt altis de montibus umbrae

              Virgile, Bucoliques, I, fin.

.

Tous ces poèmes sont, dans la langue chinoise, écrits en pentasyllabes .

..

 

DU FU ( TU FU : 712 - 770 )

 ..

ECRIT LA NUIT EN VOYAGE

.

Herbes fines, vent léger sur la rive

Le mât d'une barque se dresse dans la nuit

Des étoiles tombent sur la vaste plaine

La lune semble bouillonner, le grand fleuve coule

Comment obtenir la renommée par mes écrits ?

Le vieux fonctionnaire malade devrait se retirer

Allant cahin-caha, à quoi cela ressemble ?

Entre ciel et terre, à la mouette des sables ?

..

   GRIMPANT À LA TOUR DE YUEYANG

.                                   

                                   Jadis j'entendis parler du lac Dongting

                                   Aujourd'hui, je grimpe à la tour de Yueyang ( 1 )

                                   Wu est à l'est, Chu est au sud, ainsi répartis

                                    Ciel et Terre dérivent selon le jour et la nuit

                                    Pas un mot de mes parents et amis

                                    Vieux, malade, me voilà seul avec ma barque

                                    Les cavaliers barbares sont au nord de la passe

                                    Adossé à mon char je verse des flots de larmes ( 2 )

.

                                        ( 1 ) Cette tour se trouve sur les remparts de Yuezhou,

                                             et domine le lac Dongting, sur le cours du Yangtse-

                                             Kiang

                                        ( 2 ) Du shi xiang zhu, p. 1946 ( notes de M. Coyaud ).

.

RÊVANT À LI BAI

.

Séparation par la mort : j'avale mes sanglots

Séparation mais vivant : je pleure sans cesse

Du sud du Fleuve, pays de malaria

On n'envoie pas de nouvelles

L'ami est entré dans mes songes

Il sait donc que je pense à lui toujours

Toi, maintenant, pris au filet,

Comment as-tu repris l'usage de tes ailes ?

C'est peut-être un simple fantôme

La route mène loin . On ne peut sonder le vrai .

Le fantôme vient d'un bois d'érables vert sombre

Le fantôme retourne par une passe noire

La lune qui tombe éclaire les poutres de ma pièce

Comme si elle faisait luire un visage

Eaux profondes, vagues étendues

Ne laisse pas les dragons t'attraper !

Les nuages flottant ne cessent d'aller

L'errant depuis longtemps ne revient pas

Trois nuits de suite, voilà que tu me hantes en songe

Tes sentiments pour moi sont bien visibles

A l'instant des adieux, tu es bien inquiet

Pénible est le chemin ; pas facile de marcher

Sur fleuves et lacs, beaucoup de vent et vagues

On a peur pour les rames, qu'elles sombrent

En sortant, tu te grattais le chef blanchi

Comme accablé des soucis de la vie ordinaire

Chapeaux de mandarins, baldaquins, plein la capitale !

Toi, seul, tu te ronges de chagrin

Qui dit que les mailles du filet enserrant le ciel sont lâches ?

Un homme vieillissant s'y est pris !

Pour mille automnes et dix mille ans, tu seras célèbre

Une vie passée dans la misère, voilà le prix !

..

Les trois poèmes ci-dessus ont été écrits par DU FU en PENTASYLLABES.

Les poèmes qui suivent l'ont été en HEPTASYLLABES

.

                        VOISIN CÔTÉ SUD

                                      .

                       Le maître du village du Brocart a son turban à cornes      noir corbeau

                       Au potager, on ramasse taros et châtaignes, pas vraiment      miséreux

                       Accoutumés à voir des hôtes, les gosses sont contents

                       Ils ont des miettes sur le perron, les oiseaux, passereaux               apprivoisés

.

                       En automne la rivière n'a que quatre ou cinq pieds de      profondeur

                       La barque fruste ne contient que deux ou trois personnes

                       Sables blancs; bambous bleu clair, port au crépuscule

                       Je raccompagne l'hôte au portail de bois, charmante      nouvelle lune

.

QUATRAIN

.

Deux orioles chantent dans le saule bleu-vert

Une file de hérons blancs monte dans le ciel azuré

De la fenêtre, on voit à l'ouest les cimes neigeuses de l'automne

Devant la porte est ancrée une barque du pays de Wu, qui a parcouru dix mille li                                 

..

                  GRIMPANT À UN PAVILLON

.

                  Les fleurs proches du haut pavillon blessent mon coeur

                  De tous les côtés, de cette hauteur, je vois approcher foules de maux

                  La rivière de brocart au charme printanier vient entre ciel et terre

                  Séparer le passé du présent, muraille de jade, nuages flottants

.

                  La Cour impériale immuable comme le pôle nord, ne connaîtra plus de vicissitudes

                  Les bandits des montagnes occidentales cesseront de nous attaquer

                  Du pitoyable second empereur le mausolée est toujours là ( 1 )

                  Au crépuscule je psalmodie la mélopée de Liang .

.

                 (1 ) Le mausolée du second empereur des Shu est placé dans la banlieue de la cité

                      de brocart ( Chengdu ). Le poète chante une mélopée en l'honneur de Zhuge

                      Liang, enterré avec le second empereur de Shu . ( Note de M.Coyaud ).

.

EVOCATIONS DU BON VIEUX TEMPS ( 1 )

.

Foule de montagnes, myriades de gorges, je vais à Jingmen

Le village où naquit la sublime concubine est toujours là

Elle laissa la Terrasse pourprée pour les limites du désert

Seul reste le tertre funéraire vert dans les jaunes crépusculaires ( 1 )

.

Le dessin représentant son visage efface les effluves du désir

Son spectre aux jades tintinnabulant revient les nuits lunaires

Pour mille années, la guitare pipa  parle le langage des Hu

Expliquant rancoeur et haine à longueur de couplets

.

.( 1 ) Allusions au funeste destin de la concubine impériale Yang guifei .

     ( Voir le poème de Bai Ju-yi : chang hen ge " Chant des regrets éter-

       nels " ).Note de M.Coyaud.

.

                     NUIT AU PAVILLON

                                          .

                     Fin de l'année, les jours raccourcissent

                     Jusqu'aux bords de l'horizon, givre, neige, nuits froides

                     La cinquième veille sonne aux accents tristes des    tambours et des cors

                     Reflets des étoiles et de la Voie Lactée dans les Trois    Passes

.

                     Dans les maisons isolées on entend les sanglots après les    combats

                     Un peu partout pêcheurs, bûcherons chantent des chants    sauvages

                     Dragon couché et Cheval cabré sont devenus terre jaune ( 1 )

                     Des affaires humaines, les nouvelles ne parviennent plus .

.
                     ( 1 ) Dragon couché et Cheval cabré sont les surnoms respectivement

                          de Zhuge Liang et de Gong Sunshu, à l'époque de la fondation

                          du royaume de Shu .( Note de M. Coyaud ).

.

WANG WEI

   ( 701 - 761 )

 

.

PENTASYLLABES

                       Plage aux galets blancs

                                  °°°°°°°°°°°°°°

Limpide, peu profonde, l'arène aux cailloux blancs sous l'eau

Les verts roseaux, on pourrait les saisir

Des familles habitaient aux rives du ruisseau

Elles lavaient la soie grège au clair de lune

*

Du torrent aux épineux

 °°°°°°°°°°°°°°

Du torrent aux épineux émergent des rocs blancs

L'espace est froid, les feuilles rougies se font rares

Sentier de montagne : plus de pluie

Le ciel devenu bleu, mes habits encore humides

*

Sans titre

 °°°°°°°°°°°°°

Un frêle esquif amène l'invité

Au loin le voilà qui arrive voguant sur le lac

Face à face dans la véranda nous trinquons

Aux quatre coins les hibiscus s'épanouissent

*

.

HEXASYLLABES

.

Les pêchers aux fleurs rouges gardent encore la pluie de la nuit

Les saules verts retiennent les brouillards du printemps

Fleurs tombées,le jeune domestique ne les a pas encore balayées

L'oriole a beau crier, le montagnard invité reste endormi

*

On boit du vin devant la fontaine voisine

J'embrasse ma harpe appuyé contre un grand pin

Dans le jardin sud, à l'aube,je cueille des tournesols mouillés de rosée

Dans le vallon est,le soir, je pile le sorgho jaune

*

QUATRAINS ( hexasyllabes )

.

Extraits de " Sept poèmes sur les joies d'un jardin campagnard"

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

On visite les mille portes et dix milles demeures ( 1 )

On passe dans les quartiers du nord et les blocs du sud

On trotte faisant résonner les agates pendues aux harnais

Aux monts des Immortels, parait un être aux cheveux flottants.

     Qui est-ce ?

*

A la seconde audience, ou t'a fait marquis de dix mille foyers

Parlant debout, on t'a offert une paire de jades

Vraiment excellents, ces deux sages ( 2 ) cultivant le champ du sud !

Mieux vaut reposer sur un lit haut près de la fenêtre de l'est !

.

1- Titres de noblesse, correspondant si l'on veut à " comte " et " marquis ".

2 - Ces deux sages sont Chang Ju et Jie Ni, deux contemporains de Confucius,

qui se retirèrent à la campagne.

*

On cueille des macres à l'embarcadère ; rafales de vent

On s'appuie sur sa canne ; à l'ouest du village, soleil couchant

Au bord de la terrasse aux abricotiers, un vieux pêcheur

À la source aux fleurs de pêcher, des gens habitent

*

Touffue et odorante l'herbe au printemps verdoie

La pinède qui grandit, en été frissonne au frais

Vaches moutons rentrent tout seuls au village

Le garçon naïf ne reconnait pas la veste et le bonnet mandarinal

*

HEPTASYLLABE

.

Envoyé à un moine du monastère Chong fan

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Moine de Chong fan ! ( bis )

L'automne est revenu sur le mont Fufu, le printemps ne revient pas

Les feuilles tombent, les oiseaux crient, désordre confus

Le ruisseau devant ma porte, les monts à ma fenêtre, j'écoute le silence

Dans cette gorge, qui se soucie des tracas humains ?

Dans la commanderie, on regarde les montagnes vides

.

Poèmes extraits de ANTHOLOGIE DE LA POESIE CHINOISE CLASSIQUE,

Edit. LES BELLES LETTRES, avec la traduction et les annotations de

Maurice Coyaud.

.Extraits de l'avant-propos à ANTHOLOGIE DE LAPOESIECHINOISE CLASSIQUE, PAR

 

(...) Nous nous sommes proposé comme buts principaux de permettre au lecteur cultivé d'obtenir une vue non extérieure de la poésie chinoise (ceci grâce aux textes transcrits), et de faciliter aux débutants la tâche.

    Le problème de la réception de la poésie chinoise par un lecteur français non sinologue en sera-t-il résolu pour autant ? La gageure à laquelle Yves Hervouet semble avoir voulu répondre récemment a-t-elle été gagnée? Il nous faut pour cela citer un peu longuement l'opinion de cet excellent traducteur :

     Il me semble qu'un poème chinois, pour être vraiment compris, a besoin d'être expliqué longuement. D'être expliqué d'abord dans son cadre culturel et historique : l'époque où il a été écrit, dans la mesure où certains mots ne se comprennent que dans un contexte déterminé et en relation avec l'expérience personnelle du poète ; le genre littéraire et les nombreuses allusions historiques ou littéraires qui sont la caractéristique de cette poésie savante et qui ne peuvent pas ne pas être situées ou éclairées.

  Il est évident que le lecteur, qui pour "comprendre vraiment" un poème chinois traduit, a été contraint de lire plusieurs pages de notes explicatives, devient peu ou prou sinologue. Autrement dit, selon cette opinion, la poésie chinoise traduite n'aurait pas espoir d'être comprise dans sa vérité  par un quidam, lecteur "lambda" naïf, sans arrière-plan culturel chinois. Pour ma part, je pense effectivement que le lecteur extérieur à la culture chinoise doit faire un pas (et même plusieurs pas) en direction de cette culture, et vers le déchiffrement de l'écriture pour commencer, s'il désire appréhender un peu du plaisir que cette poésie peut procurer.

   La poésie chinoise ne comporte ni épopées (comme en japonais le Heikemonogatari ) ni poèmes microscopiques (comme les haiku  japonais de dix-sept syllabes). Parmi les plus longs poèmes chinois classiques, on peut lire le Lisao  (373 vers) ; parmi les plus courts, les jue, quatrains de cinq syllabes (soit trois syllabes de moins que le haiku  ). Le modèle de la poésie chinoise classique (de la dynastie Tang),ce sont les vers de cinq ou de sept syllabes. Cela fait court en chinois. Mais en traduction, cela fait long.Certains traducteurs s'efforcent de traduire en Français les pentasyllabes chinois par des décasyllabes français,les heptasyllabes chinois par des alexandrins. Dans ce dernier cas, ils sont le plus souvent obligés d'aller au-delà de quatorze pieds en Français, soit plus du double du nombre de syllabes chinois.

(...)

                               

Merci aux éditions des BELLES LETTRES et à Maurice Coyaud de m'avoir

aimablement autorisée à reproduire ces textes.

       MAURICE COYAUD

Notice fournie par Maurice Coyaud à Silvaine Arabo :

                     Résumé des titres et services de Maurice Coyaud

                                            °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

DR2 depuis janvier 1973 ; Docteur d'Etat depuis Janvier 1972 ( Paris 3, mention très honorable);

licence de Langues Classiques; 1961: licence de Russe; 1965 licence de Chinois; 1958: D.E.S. de

Langues Classiques; 1962 : D.E.S. de Russe; 1965: doctorat du 3ème cycle, le tout à la Sorbonne.

1980 : diplômes de Mongol, Birman, Tagalog à l'INALCO.

Responsable de la section Asie du LACITO  1976 - octobre 1992

Domaine de recherche : typologie linguistique

- Président de la Société de Linguistique de Paris ( 1991 )

- Chargé de cours à l'Université Paris-3 en linguistique générale, DEA et doctorat.

- Chargé de cours de japonais à l'Ecole Polytechnique ( de 1988 à 1993 )

- Responsable du Département Asie-Austronésie du LACITO ( 1982-1989 ) pour 10 chercheurs.

- Membre du conseil scientifique de l'INALCO ( 1980-90 )

- Membre du jury du CAPES de Chinois : 1982 à 86, 1992, 1994, 95, 97.

- Examinateur au concours de l'E.N.A ( Japonais - 1994,95 ).

Mobilité

- Chargé d'une mission d'inspection générale pour le Chinois dans les lycées et collèges (depuis

1981: 3000 élèves, 50 professeurs dans 11 académies; bénévolat ).

- Professeur de linguistique à l'Université Paris-X 1er semestre 1992-93 ( mis à disposition ).

- Chargé de cours à l'EHESS ( AMI : Asie mineure et intérieure ): langues altaïques de Chine

( 1994-95 et 95-96 ).

.

0uvrages de Maurice Coyaud:

               Aux Editions P.A.F. " Pour l'analyse du folklore " :

- Fêtes au Japon, Haiku, 1978.

- Contes, devinettes et proverbes du Japon, 1984.

- L'ambiguité en Japonais écrit, 1985.

- Adieux au Japon, roman, 1988.

- Adieux à la Chine ( contes, calligraphies, poésies), 1989.

- Grammaire du Japonais standard, et textes de Kyushu, 1989.

- Faune et Flore dans la poésie russe, 1991.

- Poésies et contes du Japon, 1993.

- Graphies et phonies, 1995.

- Les langues dans le monde chinois, 3 tomes ( 1987,1992,1994 ).

                En collaboration avec Jin-Mieung Li ( au P.A.F.) :

- Contes populaires de Corée, 1978.

- Aubergines magiques ( contes érotiques et légendes de Corée ), 1980.

- Initiation au Coréen ( écrit et parlé ), 1990.

- Erables rougis ( poésie sijo et contes de Corée ), 1982.

- Contes et légendes de Corée, 1990.

                Chez Gallimard

Tigre et kaki ( contes coréens ), 1995.

                Chez Phébus :

- Fourmis sans ombre, le livre du Haiku, 1978.

- L'empire du regard : mille ans de peinture japonaise, 1981.

                Au P.U.F.

Etudes sur le lexique japonais de l'histoire naturelle et de la biologie, 1974.

                Aux Belles Lettres

- Tanka, haiku, renga, le triangle magique ( anthologie bilingue de poésie japonaise ), 1996.

- Anthologie bilingue de la poésie classique chinoise, 1997

.